MARIE-JOSÉE LAMOTHE-UNE IMAGE VAUT MILLE…

Une image vaut mille mots – le concept:

L’art évoque et rassemble. C’est ce que s’est dit notre équipe lorsqu’elle a mis sur pied une petite expérience auprès de leaders d’affaires de la région de Montréal. Pendant une semaine, ces derniers ont affiché à leur bureau des toiles prêtées par Les Impatients, créées par des artistes professionnels et des participants de leurs ateliers. Après qu’ils aient vécu avec ces toiles, l’équipe a posé quelques questions aux leaders afin de saisir l’impact des œuvres sur leur quotidien.

Si tu avais à décrire en 3 mots les œuvres qui t’ont été prêtées?

Vivantes. Touchantes. Inspirantes.

Depuis une semaine, as-tu remarqué quelque chose de nouveau dans tes interactions avec les gens à ton bureau?

Ces œuvres ont provoqué beaucoup d’admiration, mais surtout elles ont suscité de nombreuses conversations entourant la maladie mentale. Certains ont parlé de leurs proches et de leur propre expérience. Tous s’entendaient pour dire que les maladies mentales peuvent prendre plusieurs formes et qu’elles sont tout sauf une faiblesse. Elles sont plutôt quelque chose qu’on doit traiter, jusqu’à ce que l’équilibre revienne.

Crédit photo : Frédérique Ménard-Aubin

Pour briser les tabous autour de ces sujets, il faut en parler beaucoup et éduquer la communauté. Ça m’a touché de voir la fierté de mes collègues de faire partie de cette démarche. Plusieurs ont été déçus de ne pas remplacer les œuvres prêtées par d’autres.

Qu’est-ce que les œuvres ont provoqué chez toi?

L’une des œuvres est très colorée, avec plusieurs personnes dont la tête est enfermée dans un bloc transparent. Elle évoque chez moi des personnes qui vivent avec un filtre et qui ne leur donne pas accès au même monde en couleurs qui est le nôtre. Cette peinture m’a beaucoup touchée. Elle souligne l’importance de connecter avec ces personnes par d’autres moyens, d’autres sens. L’art est un bel exemple.

Si les artistes des impatients étaient devant toi que leur dirais-tu ?

Que d’abord la richesse d’une société nait de sa diversité ; qu’elle soit générationnelle, culturelle, de genre, mais aussi grâce à la diversité des idées et perspectives. Si leur vision des choses diffère de la majorité, cela ne la rend pas moins valide. Leur expression à travers les arts est une magnifique façon de partager leur point de vue, le monde tel que vu par le biais de leurs lunettes. Plus on comprendra leur vécu, plus riche et conciliant notre monde deviendra.

 

 

 

 


Les œuvres prêtées à Marie-Josée Lamothe sont vendues à l’encan Parle-moi d’amour qui a lieu du 17 au 29 mars prochain au Musée d’art contemporain de Montréal.

Dode, La mesopotamie – Doc Boudha, 2016, Acrylique et feutre sur bois, 28 cm x 35,5 cm 
Pascal Grandmaison, If one travelled in a straignt line 07, 2010, Photographie à jet d’encre montée sur carton, édition 2 de 2                                                            
Félix Lavigne, Stop War, 2016, 41 cm x 60 cm, Gouache sur bois, 28 cm x 35,5 cm, Représenté par la Galerie René Blouin

Tous les profits permettent aux Impatients d’aider les personnes ayant des problèmes de santé mentale par le biais de l’expression artistique.

Marie-Josée Lamothe est directrice générale chez Google Canada depuis 2014. Elle y dirige les secteurs canadiens des produits de consommation, du gouvernement, du tourisme et du divertissement, de même que le développement des activités du Québec. À ce titre, Mme Lamothe aide les entreprises à exploiter le potentiel du web pour optimiser leur croissance au Canada et à l’international. En 2015, Marie-Josée a été nommé Personnalité de l’année par InfoPresse et l’Université de Montréal lui a remis un diplôme d’honneur pour sa contribution à l’avancement de la société. En 2012 et en 2013, Marie-Josée a été sélectionnée par le Financial Post et WXN (Réseau des femmes exécutives) comme l’une des 100 femmes les plus influentes au Canada et, en 2012, nommée personnalité marketing au Canada par la revue Strategy .